19/05/2016

Comme une envie de Vivre...

Bonjour à Vous, ou à Toi,

Je pensais écrire quelques mots sur mon compte Facebook, pour vous expliquer pourquoi mon silence sur ce réseau social là depuis ces derniers mois. Et de fil en aiguille, de quelques mots, je suis passée à quelques phrases, puis quelques paragraphes. 
Finalement j'ai pris mon stylo et mon carnet, pour mettre mes idées en ordre et venir ensuite les écrire ici. Un billet d'Humeur, un billet d'Amour...

Oui, cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit de post sur mon compte Facebook, ne pensez pas que je vous ai oublié, non non. Mais si vous suivez mon compte Instagram, vous avez dû comprendre que mon horizon a un peu changé. Moins de photos de crochet, plus de photos de vie.


Le chemin de vie que je suivais jusqu’ici a enclenché un virage. Cette année 2016 ne ressemblera à aucune autre. Il en sera ainsi !
2016, c'est aussi l'année de mes 40 ans, si ça ce n'est pas un signe, un coup de pied au destin pour décider autrement ?!! Avant de débuter cette nouvelle vie de quarantenaire, je ressens comme un besoin. 
Pas une simple envie, ou nouvelle lubie, non. Un réel besoin, celui au plus profond de vous. Comme lorsque l'on se retrouve confronté à un choix difficile (non le choix entre deux desserts n'est PAS un choix difficile :p). La réponse est là en vous, mais vous tentez de l'ignorer, car suivre ce choix serait vous dévoiler, vous mettre à nue, vous voir et vous montrer tel(le) que vous êtes, voir même vous remettre en question. Et pourtant....

Il est donc temps de me décharger de bien trop lourds bagages traînés jusqu’ici. Avant d'attaquer ce qui m'attendra ensuite. 
Un besoin de légèreté, autant mental que physique.
Le moment d'affronter mes démons enfouis. De sortir cette boule du fond de ma gorge qui m’empêchait de respirer jusque là. 
Je manquais d'air et je ne m'en étais pas aperçu. Ou plutôt si, je le savais mais j’enfouissais ça sous une nouvelle couche de terre. En me convaincant que plus ce sera recouvert plus je serais tranquille. 

Je vivais en apnée !

Je dois respirer ! Une bonne grosse bouffée d'air ! Vite !

Je reprends ma vie, mon esprit, mon corps en main ! Cette année, sera Mon année.

Une année pour devenir qui je suis. Pour montrer aux autres aussi (à qui, finalement, j'ai trop caché qui j'étais, et qui ne me connaissent pas Vraiment..), leur montrer qui est Cécile.
Beaucoup d'entres eux, se sont fait une image de moi qui n'est en rien ce que je suis. J'en suis responsable, par peur de ne pas être à la hauteur, ne pas être aimée, pour que ce soit plus facile d'affronter, de cacher... Pour mille et une raison.

Non, je ne suis pas seulement cette Cécile qui parle (trop) fort, gesticule à tout-va, dit des grossièretés à chaque phrase... non pas seulement.

Parfois il m'arrive de laisser passer un vrai morceau de moi, découvrir une autre face, mais soit les gens ne le voient pas, soit cela n'est pas conforme à ce qu'ils connaissent de moi, et du coup c'est mal perçu ou interprété, alors revient la Cécile qu'ils connaissent et peuvent prédire. 
J'étais devenue si, si, prévisible que je m'étais paumé. Je n'arrivais plus à leur, vous, montrer autre chose que ce que vous connaissiez. Mais si vous saviez QUI je suis... Si seulement vous saviez...

Je suis tellement d'autre chose que Ca.. 

Pour preuve, je collectionnais, en cachette, des popples, des bisounours de mon enfance, et je les avais "planqué" au fond de mon cellier. J'adore la vieille vaisselle, mais elle aussi je l'avais rangée dans des cartons....

Alors je me suis lissée au regard des autres.


Cette année sera donc une année d'introspection, de remise en question, faire (re)naitre celle qui se planque au fond de moi. 
Cette petite fille abîmée, que l'on a empêché de laisser grandir tranquille. Piétinée par des adultes, ce bourgeon de fleur s'est couvert d'épines pour se protéger, protéger les siens, et survivre.
Cette année je me débarrasse de cette armure, cette année est le début de ma nouvelle vie.

Je n'abandonne pas le navire, j'en reprends seulement le commandement.

Il y aura d'autres choses ensuite, d'autres projets, d'autres envies.
J'ai toujours eu l'envie d'écrire, de chanter, de faire du théâtre, du yoga et plus encore de Vivre ma Vie. Tant de choses que même mes proches ne se doutent pas.

Le processus c'est enclenché depuis quelques mois, mais moi, je ne m'en suis aperçu qu'il y a peu de temps. 
Mon entourage, me l'avait pourtant fait remarquer, mais je n'en avais pas conscience. Pour moi, j'étais comme d'habitude. Mais mon entourage, lui, le savait. Il connaît sa Cécile si bien, qu'il a su qu'un truc ne collait plus. Il pensait la connaître si bien, cette Cécile, que je lui en ai même voulu de penser ça, que j'avais changé. 
Mais finalement je n'ai pas changé, c'est juste moi. Lorsque je m'en suis aperçu, je me suis même demandée si c'était une si bonne idée de laisser faire les choses, de devenir. Comment allais-je le faire comprendre aux gens, comment les amener à accepter. 
Mais dois-je me poser cette question au final ? N'ai-je pas déjà assez à faire avec Moi ? Est-ce à moi, encore, de me plier au regard des autres sur moi, ou à eux de "faire avec". Le moment est-il venu d'avancer, avec ou sans eux ?

Il y a eu des rencontres, des partages, un autre regard sur moi. Des gens ONT VU en moi. 
Aujourd'hui je suis capable de tout remettre en cause, de Me remettre en cause. D'affronter, de partager et d'aimer.

Je travaille sur moi, je reprends mon corps en main, je m'ouvre à de nouveaux horizons, je me découvre. Mais il serait prétentieux de penser que j'y arriverai seule. J'ai besoin des gens qui m'aiment assez pour m'aider à affronter ça. 
Et d'une aide professionnelle aussi. C'est pourquoi, je débute bientôt ce travail avec un, ou une, psychologue, pour m'obliger à m'affronter réellement et que je ne recommence pas à essayer de me protéger.


J'ai été abîmée, bâillonnée, cassée, sous oxygène.. Mais tout peut renaître. La vie reprend toujours ses droits. Je suis aux commandes de ma propre Vie. Je décide seule de ce que j'en ferai.


Je suis Cécile et 2016 est le début de ma Nouvelle Vie !










04/04/2016

Et si on faisait un composteur de balcon ??! - Ou comment revoir sa façon de consommer et jeter

Voici enfin un article qui me sors un peu la tête du crochet.

Pourquoi, nous qui vivons en appartement, n'aurions-nous pas le droit de jeter autrement ? Et de créer nous même notre propre terreau ? Une histoire de place ? D'odeur ? De temps (oui dès qu'il faut changer un peu ses habitudes, le temps que l'on va y consacrer est souvent un frein, et pourtant quel gain de temps une fois la chose mise en place !)

Cela faisait plusieurs mois que l'idée d'un composteur sur mon balcon me trottait, me trottait, me trottait.... 
Mais d'une idée à sa réalisation il n'y a pas toujours qu'un pas. Il faut parfois faire mûrir une petite idée qui germe, se documenter, et s'équiper. 
Je voulais aussi en faire une affaire de famille, amener mes têtards à prendre conscience du pourquoi et du comment, des bienfaits de l'aventure pour nous mais aussi pour l'environnement. 


Nous avons commencé à nous y mettre avant la fin de l'hiver, les beaux jours arrivant on se sent pousser des ailes dans les projets.
Après avoir lu quelques blogs sur le thème du compostage, avoir glané des avis ici et là, l'aventure à put commencer ! 

Voici le blog Semer à la Folie qui m'a inspiré et qui a répondu aux questionnements qui étaient les miens (comment, avec quoi, odeur or not odeur, on y met quoi...). L'article est, je trouve, le plus complet et simple que j'ai trouvé.
Vous trouverez d'autres infos sur le net, il vous suffira de taper "Composteur de balcon" dans votre barre de recherche. 

Nous avons essayé de suivre au mieux les explications du blog, nous entrons dans l'aventure avec des yeux neufs avec une soif d'apprendre. Je voulais connaitre les bases, mais que nous nous fassions ensuite notre propre expérience.


N'ayant pas les moyens d'investir dans un composteur tout beau/tout neuf, nous avons joué le jeu de la récup' à fond en chinant chez Emmaüs une poubelle haute avec un couvercle.

J'avais déjà percé la poubelle lorsque cette photo a été prise
Pour que notre compost soit bien aéré, j'ai percé simplement (à la perceuse) des trous sur tout le tour et la hauteur, ainsi que le fond. Le fond percé, nous permettra de récupérer le "Thé de Compost".

Qu'est c'que c'est donc le "Thé de compost" ?? : De l'engrais liquide généré par la décomposition des déchets. De l'or liquide pour les plantes quoi !

Des p'tits trous, encore des p'tits trous..

Avant de commencer à jeter nos premiers déchets, il nous fallait un fond de départ. C'était un excellent prétexte pour aller nous promener et ramasser un peu de terreau et de feuilles mortes.





Nous voici donc paré pour débuter l'aventure !





J'avais commencé à mettre de côté quelques déchets (épluchures, dosettes souples de café, sachets de thé, coquilles d’œufs, sopalin humide, déchets des jardinières...). 



Noé c'est chargé de verser le tout sur le fond de terreau/feuilles mortes



Un petit coup de mélange avec la base terreau/feuilles mortes et le tour est joué !



L'aventure de notre composteur a donc débuté le 25 Février 2016 et je viendrais vous en donner des nouvelles de temps en temps :)

Je vous conseille vivement d'aller lire l'article de Cindy - Semer à la Folie, celui-ci est vraiment complet et vous permettra de vous lancer sans craindre les faux pas.



Edit du 04/04/16

Voici moins de deux mois que notre composteur est en route.
Et je peux vous dire que nous avons diminué à vue d’œil les sacs poubelles !

En parallèle du composteur, nous avons mit en place le tri sélectif à la maison. Une poubelle jaune ayant, enfin, été allouée à notre immeuble.
Un sac dans le cellier pour les plastiques, un pour le verre et un pour les journaux et papiers.
Nous vidons régulièrement ces sacs, et la poubelle de la cuisine elle ne se remplit plus à la vitesse de l'éclair.
D'un sac poubelle, d'environ 80 litres, tous les 3 jours (lorsque nous sommes 3/4 à la maison), nous sommes passé à un sac par semaine environ !

Quel gain en économie et aussi en mauvaises odeurs dans la cuisine ! Car tous les déchets organiques se retrouvent dans le composteur.


Voici notre composteur aujourd'hui 



Je commence à l'humidifier car le froid s'éclipse enfin, et il ne faudrait pas qu'il s'assèche. Nous attendons encore le fameux "Thé de compost", surement dû au fait que nous n'avions pas arrosé le compost depuis ses débuts.

J'ai constaté qu'il vaut mieux couper en morceaux les déchets qui y sont jetés, histoire qu'ils ne prennent pas des "années" à se décomposer. Ce que je fais dorénavant.

J'aurais peut-être dû, comme Les Créa de Nakin, couper une partie du fond de la poubelle, afin de pouvoir récolter le premier compost sans devoir vider le tout pour cela. Là je ne sais pas comment je vais faire. Je verrais le moment venu.

Quand à l'odeur, pour le moment, il sent bon les sous bois ce qui est bon signe !

01/12/2015

La Rainette Coquette lance son KitCrochet pour Grandes Débutantes

Lorsque j'ai voulu débuter le crochet un jour d'été 2011, je me suis heurtée à pas mal de difficultés.

La première étant : moi même !
Oui je suis un être borné, qui a beaucoup de mal à avouer avoir besoin d'un coup de main pour apprendre, et qui préfère donc se débrouiller par elle-même. A ça tu ajoutes que je suis réfractaire à toute forme d'apprentissage et tu as un duo gagnant !

La deuxième difficulté fût le peu d'explications pour grande débutante. Grande débutante, car je n'avais jamais prit en main un crochet de ma vie, tout au plus avais-je testé le tricot, mais sans grand succès.
Blogs, vidéos, livres... tous les supports trouvés ne me parlait que dans une langue d'un autre monde.
Des abréviations, des diagrammes, des mots qui n'avaient aucuns sens.

Bornée donc, mais dans les deux sens du terme ! C'est à dire que si j'ai un truc en tête je ne lâche rien (les gens me connaissant, comprendront :p)

J'ai glané ça et là un max d'informations. J'ai visionné des heures et des heures de vidéos sur YouTube. Vidéos pour la plupart en langue étrangère (anglais, portugais,...).
A croire que les p'tites frenchies ne faisant pas de crochet, ou n'étaient pas partageuses.

Aujourd'hui je crochète toute seule "comme une grande".
Loin d'être une professionnelle (on n'arrête jamais d'apprendre et de se perfectionner), j'ai réussi à dompter le crochet.
J'ai même réalisé quelques vidéos de bases sur ma Chaîne YouTube. Certaines ont un franc succès.

Au fil de ces dernières années, j'ai rencontré pas mal de personnes désireuses elles aussi d'apprendre à crocheter.
Les plus dégourdies apprendront toutes seules, les autres préféreront ne pas tenter au risque d'être déçues d'elles-même.

Après moult réflexions et un sondage sur ma page Facebook en 2014, je me suis penchée sur ce projet qui a vu le jour ces jours derniers : mon propre KitCrochet !

Pas n'importe quel Kit au Crochet que vous trouvez dans le commerce, non non.
Un Kit réellement accessible aux Grandes Débutantes !

Son plus ??!?
Mes vidéos privées (accessibles par internet) et qui permettent d'apprendre les bases simplement et de suivre facilement les étapes de la création proposée dans le Kit.

J'ai voulu que les Grandes Débutantes sans connaissances des bases du crochet, puissent tenter l'aventure sans passer par des recherches longues et fastidieuses. Et surtout qu'elles ne finissent pas par baisser les bras et rendre les "crochets".

Dans ce premier KitCrochet By La Rainette Coquette, vous trouverez tout le nécessaire pour réaliser une Grande Barrette Nœud : crochet, fil coton, aiguille, en passant par du fil pour vous entraîner aux bases avant de vous lancer.
Les vidéos auxquelles vous aurez accès, vous apprendront de façon simple les bases nécessaires, telles que la maille chaînette, la maille serrée, la maille coulée ou encore la bride. Mais aussi, et surtout, comment tenir son crochet et faire le nœud de départ.

Un cours de crochet réuni en un Kit !

L'aventure vous tente ? Ou peut-être tenterait-elle quelqu'un de votre entourage ?
Vous pouvez vous procurer le KitCrochet By La Rainette Coquette dans ma Boutique TicTail.












06/10/2015

[Le Gilet Origami] Un projet crochet rien que pour moi

Depuis que 4 ans que je crochète j'ai conservé quelques prototypes, mais j'ai rarement eu le temps/l'envie/le courage de crocheter pour moi essentiellement.


Sur Instagram je suis quelques créatrices très douées de leurs crochets et qui réalisent de bien joli(e)s vestes/gilets/châles...et qui m'ont donné envie de me lancer.

Il y a Caroline (Karische sur Instagram)  et son univers "Roulotte" 
Et Nadège (LesCréaDeNad sur Instagram) dont je vous ai déjà parlé içi. Son blog là.

Mais au vue de ma "corpulence" (grande et ronde) je ne trouvai pas de modèles faciles a crocheter pour une débutante comme moi dans la réalisation de vêtements.


Après plusieurs mois d'investigations, j'ai mis la main sur le tuto d'un Gilet Origami. Simple, rapide et efficace, l'idée était alléchante. J'ai donc suivi les conseils de Rosalie.

Le principe est "simple", on réalise un (très)grand Carré Granny dont la longueur du côté est égal à votre tour de bassin.
Et on la prend où la mesure du bassin ?! là 
(Ce n'est pas moi sur cette photo, mais ça aurait pu ^^ )


Pour le réaliser en taille 50/52, avec un crochet numéro 5, il m'a fallut :

Une vingtaine de pelotes de :

Pelote de 50g


Et 2 pelotes de :
Pelote de 50g


L'avantage du Gilet Origami est que vous pouvez utiliser ce que vous voulez en pelotes et taille de crochet. 


Une fois ce grand/maxi Carré Granny terminé, à votre goût ou en suivant le tuto, il suffira de replier les coins vers le centre et de coudre au niveau de la taille jusqu'au passage des bras. Vous y êtes presque, il reste a réaliser les bandes pour la ceinture.

Le tuto étant très bien expliqué par Rosalie, je vous laisse le suivre tel quel, où en y mettant votre touche personnel.


Pour ma part, voici les quelques modifications que j'y ai apporté :

Je n'ai réalisé la bande noire finale que sur 2 cm et en Demi-Brides (je trouvais trop long de devoir réaliser 1m38 x 4 côtés en ms...).

Par la suite j'ajouterai deux boutons (l'un au dessus et l'un au dessous de la ceinture) afin que celui ci se garde bien fermé.

Pour la fleur, j'ai préféré suivre le tuto de Gipsy Quilt, que j'ai trouvé pour ma part plus simple, même si c'est un diagramme (et tout le monde sait comme j'ai horreur des diagrammes !).



Voici les explications par écrit, si ca peut aider :
Rang 1 : Monter 39 mailles chaînettes.
Rang 2 : Dans la 2ème ms à partir du crochet *1 bride - 1 ml - 1 bride* répéter de * à * en sautant 1 ms entre. 1 ml pour tourner.
Rang 3 : Commencer dans la ml du premier groupe *2 brides - 2 ml - 2 brides*, répéter de * à *. 2 ml pour tourner.
Rang 4 : Réaliser les groupes de brides dans les arceaux formés par les 2 ml du rang précédent *9 brides - 1 ml* Répéter de * à * jusqu'à la fin. Fermer par 1 mc, et couper assez de fil pour ensuite former et coudre la fleur.


Je suis assez fière du rendu final, même s'il a fallut un certain temps pour le réaliser. J'ai choisi un crochet 5 pour ce type de pelotes afin que le gilet ne soit pas trop ajouré compte tenu du fait qu'il est prévu pour les saisons fraîches. 
Si je dois le refaire pour le printemps, par exemple, j'utiliserai un crochet plus gros.

MonsieurRainette a réalisé quelques clichés, afin de vous donner une idée plus clair du rendu final en "taille pulpeuse".







Alors ?! Vous aimez ? Vous vous lancez ?

N'hésitez pas à me poser des questions si vous en avez, et à me montrer vos réalisations.




11/06/2015

Moi dans Modes et Travaux.. qui l'eut cru ?!

Il y a de ça quelques années déjà, j'ai trouvé chez ma meilleure amie un exemplaire de Modes et Travaux. Pour moi jusque là ce magazine avait pour public les plus de 50 ans. Erreur cette idée que je m'en faisais ! 
Après avoir un peu rigolé sous cape à l'encontre de mon amie qui achetait ce magazine, j'ai plongé le temps d'un café mon nez dedans... et là... 
Quoi, Comment, Mais on m'aurait caché ça ??!! Modes et Travaux n'était plus du tout le magazine vieillissant, vielliot, (de vieux quoi) que j'avais pour souvenir.

Plus aéré, plus frais, plus coloré, plus punchy il était devenu. Même qu'il y avait des femmes de mon âge dedans !

Alors bon, il y a toujours ces quelques pages à la fin qui te ramène au temps d'avant, avec les pages de leur boutique et des kits un peu dépassés de mon avis, mais il en faut pour tous les goûts. Et pour moi qui aime le Vintage, ça me renvoie a des années lumières d'aujourd'hui, quand Modes et Travaux était pour moi un magazine de "vieux".

Mea-culpa fait, j'ai appris a apprécier ses pages et son contenu, alors quand un jour d'avril le site A Little Market appela a contribution ses créateurs et créatrices pour des tutos d'accessoires pour le numéro de l'été 2015, je me suis laissée tenter de proposer l'un de mes article de la boutique, mes boucles d'oreilles créoles au crochet.
Sans conviction aucune, j'ai laissé le temps passer et quelle ne fût pas ma surprise de trouver dans ma boite quelques semaines après un mail de la Chargée de Com' de chez ALM : Tuto Retenu Modes & Travaux !

Après un looooooong cri de joie.... et des tilititititititiiiiii. Je me suis attelée a créer le tuto que tu as pu (ou pas) lire dans Modes et Travaux de Juin 2015.

Créer un tuto, le photographier, écrire un topo sur moi à la troisième personne en essayant de ne pas passer pour une prétentieuse mais en étant objective aussi (pour ça merci Chéri de m'avoir aidé). Faire une photo sans essayer d'étrangler le dit Chéri justement, parce que je ne le trouvais pas objectif sur la tête que ça me faisais (Non mais c'est pas moi ÇA ?! Si ??).

Bref.. Après avoir eu l'impression de me mettre à nu, d'avoir enfin compris que j'allais exposer au regard des lecteurs non seulement mon travail, mais aussi une partie de moi, j'ai fini par terminer et envoyer au dernier moment ce qui m'avait été demandé pour la parution.

Encore quelques semaines se sont écoulées a garder le secret un max, même si j'ai fini par craquer auprès de quelques proches. Le stress que finalement mon tuto ne paraisse pas mais aussi qu'il paraisse.

J'en aurais pleuré lorsque j'ai ouvert le numéro qui m'a été gentillement envoyé par Modes et Travaux un jour avant sa parution. 

Finalement, la photo et mon laïus sont bien...

Faut pas croire, mais même si ce n'est qu'une page dans un magazine, même si c'est suite à ma participation à la demande d'ALM, même si ça peut ne pas être important pour des millions de gens, même si tout ça et plus encore... et bien j'en ai encore les larmes aux yeux de me dire que : PUTAIN DE MERDE MAIS T'AS TA TRONCHE DANS MODES ET TRAVAUX QUOI  !

Instant éphémère que je partage avec vous...






30/03/2015

Je suis une quiche en couture…et pourtant !

Parfois mes clientes me lancent des défis sans même le savoir… Comme ce jour où l’une d’entre elles, m’a demandé de lui créer un coussin avec une tunique dont elle aimait l’imprimé.
Ne pouvant refuser quelque chose à une fidèle cliente, je n’ai pu qu’accepter et me lancer dans ce qui est pour moi plus qu’une aventure.

Je t’avoue que je me considère plus comme une quiche que comme une experte de l’aiguille à coudre…
Pour me faciliter la tâche je n’ai pas utilisé ma machine à coudre, qui dort sur sous ma table de travail et que je ne sais toujours pas utiliser sans lui donner des noms d’oiseaux. 
J’ai préféré réaliser ce coussin "à l’ancienne" avec aiguille, fil et patience.

Pour faire ressortir le dessin, j’ai ajouté un contour réalisé au crochet. Cette étape n’est absolument pas obligatoire, tu fais comme tu veux, mais si tu veux aussi en faire un, je t’expliquerai comment je l’ai crocheté.

Si toi aussi, comme moi, tu te dis quiche en couture, voici les étapes à suivre afin de te créer un coussin avec une tunique (ou un tee-shirt..).

Il te faut quand même quelques connaissances en couture, comme savoir…coudre !
J’ai utilisé le point de piqûre/point arrière. Voici une image qui te parlera mieux que des mots.




T’as ton tee-shirt et tes ciseaux (et accessoirement du fil et une aiguille)? Alors c’est parti !

Dans un premier temps, vérifie ce que tu peux "récupérer" comme tissu sur ton tee-shirt. Au vu des dimensions que je pouvais prélever sur la tunique, j’ai choisi de rembourrer mon coussin et non d’y insérer un coussin de garnissage. Ce qui me donnera un coussin rectangulaire.


* Etape 1 : Découdre manches et autres morceaux qui ne te serviront pas




Sur l’arrière se trouvait une fermeture éclair,
que j’ai aussi décousue


* Etape 2 : Prélever le tissu

Après avoir retourné la tunique et maintenue l’ancienne place de la fermeture éclair par des aiguilles, j’ai (autant que possible) découpé droit et ôté le surplus de tissu (côtés, col..). J’ai tracé au crayon un rectangle dans mon tissu en faisant en sorte que ce soit le plus rectangle possible. C’est là où je m’en suis le plus voulu de ne pas avoir pris des cours de couture, et ni retenu mes cours de géométrie.





Une fois que j’ai eu "prélevé" ce qu’il me fallait en tissu, j’ai procédé à la fermeture du trou où se trouvait la fermeture éclair. Hop, fil/aiguille et quelques points arrière plus tard, j’attaque l’étape suivante.



* Etape 3 facultative : Crocheter le contour

Pour cette étape, j’ai sorti mon crochet N°3,5 et ma pelote de coton Rico Design Essentials Cotton DK noir. Après avoir mesuré le contour du tissu (ici environ 1m50) j’ai monté autant de mailles chaînettes que nécessaires pour atteindre cette longueur, avec un peu de rab supplémentaire au cas où.
  
J’ai créé des vagues en suivant ce schéma - Attention hiéroglyphe !
(si c'est vraiment du chinois, cries Au Secours)





* Etape 4 : L’assemblage

Une fois le contour au crochet terminé, ou pas selon si tu choisis d’en faire un, tu passes à l'assemblage avant de procéder à l’étape couture.

Si tu choisis de ne pas faire de contour, il te suffit de placer les deux morceaux de tissu endroit contre endroit (de sorte que tu te retrouves avec l’envers du tissu face à toi, d’un côté comme de l’autre). 
Si tu souhaites ajouter un contour crocheté, tu le placeras comme sur la photo. Entre les deux morceaux de tissu (endroit contre endroit) et les "vagues" vers le centre.
Place le contour de sorte que ta couture que tu vas réaliser ne soit pas sur les vagues.

Ainsi, une fois que tu auras maintenu le tout avec des aiguilles et que tu mettras l’ensemble à plat, tu obtiendras ce que tu vois sur la photo. Vérifie que le contour est bien positionné, et que les vagues soient harmonieusement visibles. 


Pour ma part, j'ai cousu côté par côté. Donc je ne procédais à l'assemblage du côté suivant qu'à la fin du précédent.
Mais tu peux aussi procéder au montage total de suite si tu te sens à l’aise. N’oublie pas qu’il faudra retourner et rembourrer (ou insérer le cousin de rembourrage) aux trois quarts environ du dernier côté. Donc ne ferme pas tout !



* Etape 5 : Coudre les 3 premiers côtés

Comme je te l’ai dit plus haut, j’ai procédé à cette étape en utilisant le point arrière pour coudre le tout. Point arrière, qui s'il est bien réalisé, donne un résultat proche d’une couture faite à la machine.



* Etape 6 : Rembourrer et fermer le dernier côté


Si tu décides d’insérer un coussin de garnissage (si les mesures sont standards) arrête toi au début du quatrième côté. Retourne ton travail, de sorte que l’endroit soit visible. Glisse le coussin dedans, et ferme le reste avec une couture invisible (lien de la vidéo plus bas).

Si tu décides de rembourrer avec de la fibre prélevée dans un coussin de garnissage, continu de coudre jusqu’aux trois quarts du dernier côté. Arrivé là, retournes le tout (l’endroit devient visible) et rembourre ton coussin à son max.

Maintien à l’aide d’aiguilles la partie qu’il te reste à coudre (tissu et contour au crochet s’il y a lieu, le surplus de contour au crochet sera à glisser à l’intérieur du coussin).
Procède à la fermeture du coussin grâce à une couture dite invisible.

Je t’ai trouvé une vidéo sur Youtube : 



* Etape 7 : Tu es fière de toi (et moi aussi !!!) et tu me montres (par mail par exemple) ce que tu as réalisé !



Voilà, tu sais maintenant comment j'ai réussi à réaliser un coussin dans une tunique, malgré que je sois une quiche en couture. Si tu as des questions, s’il y a quelque chose qui te chiffonnes, si tu veux que ce soit moi qui te le fasse ton coussin, n’hésites pas à me contacter.

15/03/2015

Les p'tits nouveaux

Hello,

Je viens te présenter les deux petits nouveaux, Le Lapin Culbuto et Hippolyte le Doux-dou Rêveur.

En te baladant sur le net tu y découvres des merveilles au crochet, toutes plus jolies les unes que les autres, tu as envie de toutes les réaliser aussitôt un jour.
Tu mets les tutos de côté dans des dossiers bien rangés, et un jour où tu fais un tri, tu te dis en revoyant toutes ces merveilles "Tiens j'vais faire c'lui la, là maintenant tout de suite". 

C'est comme ça qu'est né mon Lapin Culbuto. D'un tuto mit de côté pendant des mois. 
Cela m'a permis de faire germer mon idée perso pour ce LapinouTouChoupiMimiCraquant. 
Son p'tit plus ?? Il fait du bruit quand tu le secoues. Un léger tintement de clochette dans son popotin.

Lapin Culbuto


Hippolyte quand à lui est né grâce au livre de Tournicote. Prénommée Framboise par sa conceptrice Sandrine de Tournicote à Cloche-pieds, je l'ai renommé Hippolyte pour le côté rêveur que je lui ai donné avec sa lune et ses étoiles brodées sur son bidon.

Hippolyte le Doux-dou Rêveur

Voilà je t'ai présenté les deux p'tits nouveaux. J'espère te montrer très rapidement celle qui grandit actuellement sous mon crochet... Mais chuuut je ne t'en dirai pas plus cette fois ci.

Bonne lecture...